Espace Client

Vous vendez ? Vous louez ?
Votre devis gratuit






Précisez votre type de bien
Appartement Maison Autre
ERNT Montbéliard diagnostic termites Montbéliard diagnostic immobilier Montbéliard

Des DPE « améliorés » par les diagnostiqueurs ? - 01/04/2017

Dans une analyse qu'ils publient sur le site Actu-Environnement.com, deux experts de I Care&consult pointent l'influence de « l'indulgence des diagnostiqueurs » dans les résultats des DPE transmis à la base de donnée de l'Ademe.


Dans un avis d'expert qu'ils publient sur le site Actu-Environnement.com, Boris Bailly et Clément Leblanc, Directeur associé et consultant chez I Care&consult, proposent une analyse de la base de données des diagnostics transmis par les diagnostiqueurs à l'Observatoire des DPE.

 

« Les quatre millions de DPE réalisés à ce jour sont une source d'informations considérable », considèrent les deux experts. L’analyse de cette base de données apporte quelques éléments éclairants sur les facteurs déterminants de la performance énergétique des logements, ainsi que sur l'outil DPE en lui-même ».


La consommation moyenne des logements construits en 2012, estimée à 160 kWh/m2.an, aurait chuté à 70 kWh/m2.an pour les logements construits en 2014, notent les auteurs de l’analyse qui y voient  l’influence majeure l'application de la RT 2012.

 

Mais les deux experts de I Care&consult croient également percevoir dans les résultats des DPE recueillis sur le site de l’Observatoire des DPE, « une manifestation statistique de l'indulgence des diagnostiqueurs ».

 

« Mise en visibilité d'axes d'amélioration de l'outil DPE  »


Ils observent en effet que la distribution des consommations d'énergie diagnostiquées à l'occasion des DPE « est fortement impactée » par les seuils de passage d'une étiquette de performance à l'autre, en particulier aux passages « D à E » et « E à F ». Ils constatent ainsi un « nombre anormalement grand de logements dont la consommation se trouve légèrement au-dessous de ces seuils, et un nombre anormalement faible de logements se trouvant légèrement au-dessus de ces seuils ».


Selon eux, ce phénomène pourrait s'expliquer, non pas par la distribution effective de la consommation d'énergie des logements, mais par « une certaine indulgence des diagnostiqueurs qui accepteraient de réduire de quelques kWh leur estimation des consommations d'énergie des logements afin que ces derniers se voient attribuer une étiquette de performance énergétique plus favorable. Ceci à l'avantage des commanditaires du diagnostic puisque l'étiquette de performance énergétique est le principal élément d'affichage énergétique lors de la vente ou de la mise en location des logements ».


Ainsi, pour les deux experts, ces quelques éléments d'analyse montrent « la richesse potentielle que représente la base DPE pour la connaissance (et donc la prise de décision publique et privée) de la performance énergétique du logement en France (…) et sera d'autre part utile pour la mise en visibilité d'axes d'amélioration de l'outil DPE lui-même ».


« Retour aux actualités

Diagnostic immobilier proche de Montbéliard